Commande de " La Mécanique Lucas Belvaux " en version
Contact et adresse de livraison
Moyen de paiement
Annuler

La Mécanique Lucas Belvaux

Collectif - publié le 17 novembre 2020
FaceB005 - 12 x 15,7 cm - 144 pages - cinéma / entretien
Acheter
*Les frais de port en France métropolitaine ainsi que la version numérique vous sont offerts pour l'achat de la version papier.

Avec ses longs-métrages – La Raison du plus faible, 38 Témoins, Chez nous… – Lucas Belvaux s’inscrit dans une tradition cinématographique réaliste et sociale. Le cinéaste belge interroge nos démocraties modernes sous plusieurs angles : la responsabilité individuelle, la place de la justice, la montée de l’extrême droite, ou encore la fin du monde industriel et son corollaire, le chômage de masse. Derrière un propos d’une grande cohérence, chaque film explore un genre différent. On passe ainsi de la comédie à la romance, du polar à la chronique judiciaire, de la tragédie au réalisme politique.

Au plus près des difficultés rencontrées par ses personnages, ses œuvres possèdent une approche documentaire. Le nord de la France et la Belgique constituent ces principaux décors et plongent ses histoires dans une réalité post industrielle, populaire et poétique. Composé d’un essai introductif et d’un entretien, La Mécanique Lucas Belvaux explore une filmographie à l’image de la complexité de nos sociétés contemporaines.

Louis Séguin est journaliste et critique de cinéma. Il a écrit pour les magazines Transfuge, Trois Couleurs et Chronic’art, avant d’intégrer la rédaction des Cahiers du cinéma en 2014. Il a coréalisé un moyen métrage avec Laura Tuillier (Les Ronds-points de l’hiver, 2016), et réalisé deux courts métrages (Saint-Jacques – Gay-Lussac, 2018, et Bus 96, 2019). 

Quentin Mével est délégué général de l’Acrif et auteur de plusieurs livres d’entretiens avec des cinéastes (Noemie Lvovsky, Cédric Kahn, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, Frederick Wiseman, Valérie Donzelli…). En 2017, il a coréalisé, avec André S. Labarthe, Mathieu Amalric, l’Art et la Matière.

« Une lecture formidablement stimulante et donc indispensable pour quiconque s’intéresse aux enjeux techniques, politiques et moraux de la fabrication d’un film [...] Un des meilleurs textes que l’on ait lu récemment sur le cinéma »
Eric Debarnot (Benzine) [Voir]
« Des échanges aussi pointus que passionnants »
Stanislas Claude (Publik'Art) [Voir]
« Un excellent petit ouvrage »
Jacques Demange (Cinéchronicle ) [Voir]
« Documenté et imparable, le livre agit comme un précis empirique de cet art mystérieux qu’est la mise en scène de cinéma, dans la lignée du Comment faire un film de Claude Chabrol. »
Charlie (Another Whisky for Mister Bukowski) [Voir]
« Petit par la taille, grand par la démarche »
Écran et toile [Voir]
« Quentin Mével revisite la filmographie complète de Belvaux lors d’entretiens rigoureux »
Luc Chaput (KinoCulture Montreal) [Voir]
« La précision avec laquelle Séguin aborde la filmographie du réalisateur rattrape le manque criant de considération accordé à son œuvre jusqu’alors »
Stéphane Kahn (Bref) [Voir]
« Le grand mérite de ce petit essai : mettre en lumière la cohérence d’une œuvre modeste et discrète mais portée par de véritables enjeux de mise en scène (la confrontation des points de vue) et une solide éthique. »
Vincent Roussel (Le journal cinéma du Dr Orlof) [Voir]
« Un essai d’une richesse rare sur le cinéma »
Nicolas Furno (À voir et à manger) [Voir]
« Une excellente lecture »
Jean-Louis Zuccolini (Froggy's Delight) [Voir]
« Un ouvrage très instructif sur la fabrication d’un film et sur le parcours d’un cinéaste en perpétuel apprentissage »
Sylvain Métafiot (Le Comptoir) [Voir]
« Un passionnant dialogue »
Baz'art [Voir]
« Un de ces petits manuels précieux qui aident à appréhender la fabrication d'un film »
Jérôme d'Estais (La Septième Obsession) [Voir]
« Entretien avec Louis Séguin »
Jérôme Pottier (Culture Prohibée) [Voir]