Commande de " Steven Soderbergh, anatomie des fluides " en version
Contact et adresse de livraison
Moyen de paiement
Annuler

Steven Soderbergh, anatomie des fluides

Pauline Guedj - publié le 16 novembre 2021
EdPS024 - 14 x 18,3 cm - 160 pages - cinéma / essai
Acheter
*Les frais de port en France métropolitaine ainsi que la version numérique vous sont offerts pour l'achat de la version papier.

Cannes, 1989. Steven Soderbergh reçoit la Palme d’or à Cannes pour son premier long-métrage, Sexe, mensonges et vidéo. Trente-cinq films et quatre saisons de séries plus tard, il est devenu une figure incontournable de l’audiovisuel américain. Prolifique, audacieux, Soderbergh brouille les pistes, enchaînant blockbusters (la trilogie des Ocean’s, Erin Brockovich, Contagion…) et films intimes (Bubble, Girlfriend Experience…). Il est à l’avant-garde des essais techniques en matière de captation numérique et des innovations économiques pour la production et la diffusion des films. Réalisateur, chef opérateur, cadreur, monteur, producteur et parfois scénariste, il redéfinit les processus de fabrication d’une œuvre.

Steven Soderbergh, anatomie des fluides brosse un portrait de l’artiste et capture les thématiques qui traversent sa carrière. Explorant le temps, les espaces et les corps, Soderbergh est un observateur du monde contemporain et des mécanismes qui le régissent.

Pauline Guedj est anthropologue et journaliste, maître de conférences à l’université Lumière Lyon 2 et collaboratrice à l’hebdomadaire Politis. Elle est l’autrice d’articles et d’ouvrages sur les cultures africaines-américaines, ainsi que de Louis Malle, Regards sur l’Amérique (Ovadia, 2020). Elle vit actuellement aux États-Unis.

« Un panorama passionnant [...] Un vrai travail de fourmi entrepris par une anthropologue à l’esprit clairvoyant »
Stanislas Claude (Publik'art) [Voir]
« Ce brillant essai propose une série de perspectives à même d’éclairer l’anatomie d’une œuvre aussi plurielle que singulière »
Jacques Demange (Cinechronicle) [Voir]
« Un condensé de la logique du cinéaste »
Charlie (Another Whisky for Mister Bukowski) [Voir]
« Un ouvrage érudit »
Les écrans de Claire [Voir]
« Pauline Guedj brosse un portrait de l’artiste et capture les thématiques qui traversent sa carrière »
Rachel Brunet (Le Petit Journal) [Voir]
« Pauline Guedj fait très fort ! »
Eric Debarnot (Benzine) [Voir]
« Un bel essai sur l’insaisissable et prolifique cinéaste américain »
Librairie Mollat [Voir]
« La gageure de cet essai, c’est de parvenir à trouver une cohérence et des lignes de force au sein de cette œuvre protéiforme »
Le journal cinéma du Dr Orlof [Voir]
« Avec érudition, et en se basant sur ses propres observations ainsi que sur des déclarations publiques, Pauline Guedj raconte la manière dont les films de Soderbergh entrent en résonance les uns avec les autres »
Jonathan Fanara (Le mag du ciné) [Voir]
« Tout est dit. Et c’est brillant »
Gone Hollywood [Voir]
« L’ouvrage de Pauline Guedj est juste passionnant [...] Une fois encore, ces éditions Playlist Society nous émerveillent par la qualité de leurs publications qui font qu’on est déjà à attendre la prochaine avec impatience »
Jean-Louis Zuccolini (Froggy's Delight) [Voir]
« Pauline Guedj donne une cohérence et des grilles de lectures sur un cinéaste qui se plaît tant à nous perdre. »
Justin Kwedi (Chronique du cinéphile stakhanoviste) [Voir]
« Une excellente porte d’entrée dans l’univers du réalisateur »
Loris Dru Lumbroso (Revus & Corrigés) [Voir]
« Un nouveau passionnant essai cinéma proposé par Playlist Society »
Fabien Brajon (Cinéalliance) [Voir]
« Une carrière passionnante, mise en lumière par un essai qui ne l'est pas moins »
Maximilien Pierrette (Allociné) [Voir]
« Un essai passionnant consacré à un cinéaste qui ne l’est pas moins »
Fred Teper (Chroniques de Cliffhanger & Co) [Voir]
« Une lecture constructive et instructive comme on les aime ! »
Véronique Chartier (Écran et toile) [Voir]
« Une singulière et passionnante exploration »
Cédric Lépine (Aux lecteurs et lectrices émancipé-es) [Voir]
« Une lumineuse analyse des fils conducteurs de l’une des œuvres les plus protéiformes en apparence au sein du cinéma contemporain. »
Hugues Robert (Librairie Charybde) [Voir]
« Un livre très bien construit qui arrive à expliquer le talent de Soderbergh »
Nicolas Santaliestra (La Séance du Dimanche) [Voir]
« Entretien »
Samir Ardjoum (Microciné) [Voir]